Buffer

06 février 2013 ~ 1 Commentaire

En Colombie, la Coca rapporte plus que le Café

Le café Colombien. Avouez qu’il commence à avoir sa petite réputation, ne serait-ce que dans nos supermarchés préférés. Mais l’autre « spécialité » du pays, c’est bien la coca. Et les vertus ne sont pas les mêmes… Et quand on regarde les prix des deux matières, on se rend compte qu’il est presque plus avantageux de cultiver de la coca que du café. C’est d’ailleurs ce qui explique l’attrait pour la coca en Colombie… Gros plan sur le phénomène.

Le café Colombien

Il n’y a qu’une seule sorte de café produite en Colombie, il s’agit du café Arabica. Cependant, la Colombie a une production riche qui lui permet de produire différents types d’Arabica, parmi lesquels on retrouve le Borbon, la Caturra ou encore le Tabi. Ce dernier est d’ailleurs un grain d’une qualité supérieure à la moyenne. Aujourd’hui, la Colombie est le second exportateur mondial de café.

La Colombie, pays de la Coca…

Nul besoin de préciser que je ne parle pas de Coca Cola, mais bien de la plante. Pourquoi est-ce que la Colombie est un pays propice à la culture de cette plante ? Principalement à cause de son climat, chaud et humide. Le grand avantage, c’est que la coca peut-être cultivée sur quasiment la totalité de la surface du pays, ce qui n’est pas le cas du café: il faut un climat très précis et beaucoup de lumière, ce qui oblige à cultiver l’arabica dans les hauteurs. Avec une capacité de production estimée à au moins 300 ou 500 tonnes annuelles, la Colombie est le premier producteur mondial de Coca.

Quand produire de la Coca rapporte plus que le Café…

Je dois vous avouez que j’ai été assez surpris en découvrant les chiffres, mais il est plus sûr de produire de la coca que du café en Colombie. Je m’explique: le cours des fèves a perdu près de 40% en deux années. Et si l’on en croit la Rabobank, un des spécialistes des matières premières sur le marché, les prévisions ne sont pas meilleures pour l’année actuelle. Sans compter que l’offre à largement supplanté la demande en 2012, ce qui devrait créer pas mal de stock. Bref, rien pour tirer les ventes vers le haut. Dans le même temps, le prix de la coca est resté stable, même incroyablement stable si l’on en croit ce graphique de l’UNODC (Office des Nations Unies contre la Drogue et le Crime). De quoi pousser à la culture de coca et non plus du café…

Lutter contre le trafic de drogue…

Il faut lutter contre le trafic de drogues, mais selon les statistiques, près de 3% du PIB de la Colombie proviendrait d’argent blanchit… . Il faut prendre en compte tous les paramètres, et celui-ci fait froid dans le dos. Même si le risque est élevé, à court terme il est indéniable qu’il y a plus de bénéfices à faire sur la culture de la coca, ou en tout cas que les variations du marché sont bien plus faibles. Dans un pays où 32 % des habitants vivent ou travaillent encore en zones rurales, il y a un vrai enjeu sur le marché. Comment pousser une population vers les produits légaux plutôt que illégaux ? C’est là qu’il faut vraiment ouvrir les yeux, car on ne peut pas juste parler de l’arrestation de quelques trafiquants. Dans ce cas précis, le problème est bien plus profond: au vu des ressources naturelles du pays, l’illégalité est mieux récompensée que la légalité. C’est donc une refonte d’un système qu’il faut envisagé, ou au moins une lutte encore plus forte que celle menée actuellement, même si il faut salué la diminution de près de 2% du trafic de coca l’année dernière…

Vous l’aurez compris, le but de cet article n’est pas de pousser à la culture de la coca, mais bel et bien de mettre en avant un phénomène assez étrange qui fait qu’un marché illégal prend le dessus sur un légal dans un pays. Il est peut-être là aussi, le problème dans la lutte contre les trafics

Clement Gracyk (417 Posts)

Créateur de timetothink.fr , je suis passionné par les nouvelles technologies, les sciences de l'information et le management. J'aime essayer de montrer l'actualité sous un autre angle pour ne pas rester sur la présentation des grands médias nationaux.


One Response to “En Colombie, la Coca rapporte plus que le Café”


Leave a Reply