Buffer

13 janvier 2013 ~ 0 Commentaires

Histoire du 13 janvier: J’accuse…!

Tous les dimanches, retrouvez ce qui c’est passé dans l’histoire au jour de la rédaction de l’article. L’objectif est de mieux comprendre l’actualité en prenant du recul sur un évènement particulier. Aujourd’hui, nous sommes le 13 janvier 2012, l’occasion de revenir sur un des articles de journal les plus connus de l’histoire de France: « J’accuse…! », signé Emile Zola en 1898.

J’accuse… !

Rare sont les articles de journaux qui marquent l’histoire. Mais Emile Zola, le 13 Janvier 1898, Emile Zola va réussir cet exploit. Le titre est cinglant, sans détour, et résonne encore aujourd’hui : « J’accuse…!« . Publié en première page de l’Aurore sous forme d’une lettre ouverte au président Faure, cet article est une réaction à l’affaire Dreyfus qui divise le pays en deux. Si Zola cultiva le mythe de l’article rédigé en quelques jours, les spécialistes pensent eux que l’auteur a du consacré beaucoup de temps à sa rédaction, notamment à cause du grand nombre d’information que le texte contient. En quelques heures, 200 000 à 300 000 exemplaires de l’Aurore furent vendus.

Le choix du journal l’Aurore

A l’époque, le journal était jeune et militant. Jeune, car créé quelques mois avant cet article. Si vous regardez bien la une de l’époque, elle porte le numéro 87. Le journal restera dans l’histoire comme le journal Dreyfusard qui a le plus laissé de place aux auteurs pour partager leurs opinions. Le journal arrêta de publier en 1914, au début de la guerre, n’ayant plus d’employé pour permettre la publication.

L’affaire Dreyfus en quelques mots

Dur de résumer cette affaire qui a littéralement coupé la France en deux, entre les Dreyfusards et les anti-Dreyfusards. Officier français de l’Etat Major, d’origine juive, il est accusé à tord d’avoir fourni des documents confidentiels à un attaché militaire Allemand en 1894. Après une campagne antisémite et très médiatique, il est condamné à la prison à perpétuité, dégradé publiquement et envoyé en Guyane. Des irrégularités dans le procès resurgissent au fils des années, Dreyfus sera jugé deux fois. Au final, le vrai traite sera démasqué: il s’agit du commandant Walsin Esterházy.

Pour vous faire une idée et admirer la plume d’Emile Zola, voila le lien pour lire l’article dans son intégralité. Pour plus de détails sur l’affaire Dreyfus, je vous renvoi sur le site de l’Assemblée Nationale. Bonne lecture.

Clement Gracyk (417 Posts)

Créateur de timetothink.fr , je suis passionné par les nouvelles technologies, les sciences de l'information et le management. J'aime essayer de montrer l'actualité sous un autre angle pour ne pas rester sur la présentation des grands médias nationaux.


Leave a Reply